SOIREE « A NOUsGARO » : 21 JUILLET 2015

 EBLOUISSANT ANDRE CECARELLI

Dsc 2453 050

         Claude Nougaro aimait le jazz et l’a célébré en chanson  en nous disant : 

«Quand le jazz est là », et quand André Cecarelli  est à la batterie, il reconstitue à lui seul un orchestre pour le célébrer magnifiquement;

Dsc 2405 050

         André Cecarelli, à l’origine du projet A NOUsGARO  David Linx ( chant ), Pierre Alain Goualch ( piano ) et Diego Imbert ( contrebasse ) ont rendu un hommage original à  l’oeuvre de Claude Nougaro. David Linx livre une interprétation très personnelle des textes du chanteur, un phrasé  souvent soutenu par des onomatopées, et une présence gestuelle toujours en recherche de sens entre le mime et  la danse. Très présent, désireux de reconstituer l’historique du projet, le chanteur a longuement évoqué les échanges avec Hélène Nougaro dans le choix des chansons inédites, avant de lancer « A NOUsGARO ». « Cinéma » , « Une petite fille » , une version rondement menée d’« A bout de souffle » , et beaucoup d’autres connues ou moins connues dont « Les mots » les mots divins, chantés par le poète à redécouvrir absolument  

         Mais avant tout ce troisième concert de « Jazz’y Krampouezh 2015 aura été marqué par le jeu éblouissant d’André Cecarelli, pour la musique d’«Il était une fois des yeux » qu’il a lui même composée, comme pour toutes les autres, finesse du toucher, justesse, maitrise, un art accompli, l’aboutissement de longues années de quête de perfection .

  A le voir jouer on est frappé  par l’expression du musicien, un homme en fusion avec son instrument, le sentiment d’une vie habitée par la musique, lui même le dit « Quand je suis bien dans ma musique, je suis bien dans ma peau » .

   Et sans doute  aussi un sentiment partagé par le public, un moment de béatitude, comme le disait Claude Nougaro : «  Quand j’écoute béat un solo de batterie »….

Dsc 2286 050

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau