Concert Anne DUCROS : 24 juillet 2014

Soirée de clôture du festival Jazz'y Krampouez :

Starrrrrrring Anne Ducros, marraine de l'édition 2014

 Dsc 2178b

Global Art n’avait pas prévenu son public mais en fait le concert de clôture était une comédie musicale interprétée  par une seule chanteuse, une sorte de One woman  show, mettant en scène sa vie de chanteuse et des considérations diverses sur l’égalité hommes femmes et ce que les uns et les autres parviennent à faire passer au public via leur petit filtre d’émotion  .         

Le sien est assez au point quand elle s’arrête de tchatcher cinq minutes . Elle nous le cadre  bien, entre le bas du visage et le plexus solaire, et par là transitent en effet  des graves et des aigus bien rodés pour interpréter quelques standards des divas américaines, Marilyn Monroe  en premier lieu. Elle adore, Anne Ducros , bien moulée dans son fourreau rouge , et bien calée sur sa chaise haut perchée  jouer sur toute la thématique glamour  .

    En fait elle se joue de tout , d’elle même , du public  , de ses musiciens , des célébrités,  des variétés , rien ne l’arrête !  Au passage, elle ne néglige pas un  petit remontant ,  et hop un petit coup  de gwinn ru  et ça repart  . Elle pose son verre de vin rouge  délicatement , en saluant son invité Eric le Lann et décline  tous ses talents de chanteuse de jazz vocal .  

Dsc 2183b   Dsc 2251b 

  Dsc 2290b   Dsc 2305b

       Anne Ducros interprète de « jazz baroque » , elle en a les bases classiques et le tempérament, dans le sens contemporain du terme . Elle aime mettre  son chant en scène et pas seulement par une gestuelle souvent très drôle , mais aussi  par un phrasé , et une manière  de scander ses mots et créer de petits  effets inattendus  sans  reprendre  tous  les clichés  en matière d’interprétation. La preuve, elle nous prive de la célèbre  moue  de Marilyn   "ce soir , je vous préviens,  il n’y aura aucun  poupoupidou"  On s’en remettra  !          

Dsc 2318b                           

 

      Anne Ducros interprète sensible au talent des autres,  et celui de Morwenn le Normand  en première partie  ne lui a pas échappé . Elle fait applaudir la jeune chanteuse qui petit à petit  peaufine son interprétation  de textes bretons en mode jazz y  . Morwenn  a aussi chanté , en breton, une version de l’air de Nadir de Bizet , une très belle et très émouvante adaptation  de cet air fameux , une petite pépite de ce festival  Jazz’y Krampouezh 2014 .

Dsc 2555  

Dsc 2564   Dsc 2558

Dsc 2473

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Commentaires (1)

1. JONCOURT Alain 27/07/2014

STRESS et POESIE.La perte d'un guitariste en plein set est évidemment déstabilisante et on comprend l'angoisse de Morwenn Le Normand.On comprend moins le trac qui a rongé Anne Ducros pendant tout son spectacle.Mention spéciale pour un jeune trompette plein d'allant!Certains se demandaient pourquoi Rhoda Scott avait choisi Julie Saury pour accompagner des pointures comme Sophie Alour et Lisa Cat-Berro dans son Ladies Quartet.Sont fixés!Côté Cercle des Poètes du temps présent,un premier accessit aux chanteuses.Un CD?Pour Morwenn,sous son nom,facile.Y en a pas(A quoi ça sert que Ducros elle se décarcasse?)Pour Anne,voyez votre fournisseur habituel.Pourtant,en fin de soirée,entre la salle et le bar il y avait une belle zone de chalandise...Un affectueux prix d'excellence de poésie pour celle qui a proposé de rembourser les tickets non utilisés(Après on équilibre les comptes en allant faire la manche devant Sainte Barbe ...), a laissé le trésor a la garde de Marie Louise J.(Nimporte quoi..) pour finir par renverser le bataclan devant le comptoir où elle n'avait pourtant rien bu!Il faisait bon à Rospico.Que ce temps dure longtemps.Un grand merci à tous.

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau