Concert Gypsy Eyes . 18 juillet 2106

Louis winsberg kazz y krampouezh 2016

      GYPSIES EYES  "SOIREE GUITARES GITANES " . Mardi 18 Juillet 2016  . 

      " Ker Loulou "  Un trio de guitaristes virtuoses mardi soir à Rospico .

       Entre El Mati à la guitare flamenco et Jean Marie Ecay à la guitare manouche Louis Winsberg voulait provoquer la rencontre entre deux mondes 

           Deux mondes proches , deux mondes qui touchent la corde sensible mais aucune faiblesse dans ces touchers ; de l’énergie , de l’élan , du partage, de l’attention , et comme le dit Louis Winsberg  le désir de faire qu’avec la liberté du jazz  le dialogue s’installe . 

        Les trois artistes avant d’entamer le dialogue, chacun à leur tour font vibrer leur instrument pour avoir le temps de se mettre dans la musique avec le public . 

       Ces présentations faites , le dialogue s’installe oui , entre les artistes , à coup de regards , de sourires , de chuchotements psalmodiés , et les cordes s’en mêlent  et s’entremêlent , et le public sans doute dépassé par cette musique où l’improvisation domine , se laisse prendre dans les échanges d’un premier thème inclassable .

        Puis Louis Winsberg s’explique sur ses choix , ses affinités , et ses hommages à ses compagnons musiciens  Rocky Gresset et Antonio el Titi . 

       Il nous annonce " Chez  Loulou "  mais le temps que les guitares s’accordent , quelqu’un dans le public suggère:  en Bretagne ce serait plutôt " Ker Loulou " ,  va pour Ker Loulou . 

       On a beau être bien " Chez Loulou " , on est parfois un peu perdus  ; des ruptures de rythmes ,  de registres et des petits fragments mélodiques vraiment fragmentaires . 

    A l’annonce du très célèbre " Nuages "  on entendit des petits soupirs de contentements dans le public , mais non rien à faire , à peine introduits en début de morceaux , il furent vite chassés par les bourrasques des accélérations de tempo . 

    Puis vint le temps de  La Solea , ce moment attendu des amoureux du flamenco quand le guitariste doit livrer toutes les facettes du jeu technique et de la modulation rythmique . 

  Le temps pour El Mati de s’appliquer à faire vivre un moment de communion intense avec le public . 

  Une version très apaisée de la Marseillaise fut dédiée aux victimes des attentats des derniers mois  et " Take Five " remit tout le monde d’équerre avec une interprétation plus classique d’un bon vieux standard de jazz .  

  Dave Brubeck , Paco de Lucia , Django Reinhardt , des empreintes de compositeurs mythiques  sous les doigts d’un grand trio de guitaristes virtuoses  .

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau