FESTIVAL JAZZ'Y KRAMPOUEZH 2015

Bilan Jazz'y Krampouezh 2015

      Pour sa cinquième édition le festival J K a connu un belle affluence, (la meilleure depuis la création du festival en 2011). Le concert de Rhoda Scott, le 20 juillet a fait salle comble.

      Complet dès 19H, de nombreux spectateurs ont patienté jusqu’ à 21 H pour guetter les places libres, et d’autres sous la pluie, derrière les baies vitrées ont tenté de capter ce qu’ils pouvaient du Lady Quartet créé par Rhoda Scott, formation cent pour cent féminine , des reprises de standards, des créations, une Rhoda Scott qui a provoqué l’enthousiasme des spectateurs, heureux d’entendre une légende du jazz. 

      La soirée d’ouverture du festival était empreinte de gravité et d’émotion avec Aïda Diene pour son hommage à Abbey Lincoln et la soirée de clôture marquée par la fantaisie,et la jeunesse de Lou Tavano. 

       La veille le trio d’Adrien Moignard a comblé le public d’amateurs de jazz manouche par la pureté des touchers de cordes, de la guitare solo, de la guitare rythmique et de la contrebasse.  Ce même soir en première partie, la chanteuse Zalie Bellaccico au timbre de voix particulièrement pur, était chaleureusement applaudie, un moment de grâce que les spectateurs massés dans la salle de restauration ne sont pas prêts d’oublier.   

       Enfin la technique éblouissante d’André Ceccarelli à la batterie aura été un temps fort de cette 5ème édition du festival J K 2015 .

       Chaque année l’organisation du festival  se perfectionne. A l’accueil le renfort de bénévoles a permis de limiter le temps d’attente pour les personnes prenant leurs tickets sur le site dès 18H, dans la salle de restauration, sous la tonnelle, dans le jardin, une armada de bénévoles au tee shirt noir et blanc, siglé Jazz’y Krampouezh ont assuré un service sans faille.

  Jazz y krampouezh 2015 avant festival 1807 050

      Des spectateurs heureux qui n’hésitaient pas à exprimer leur satisfaction :« tout est bien coordonné, tout le monde a le sourire, l’ambiance est excellente, nous reviendrons » .

Dsc 3472 075

Des artistes généreux, comme Adrien Moignard et Mathieu Châtelain reprenant leur guitare après leur concert alors que quelques spectateurs s’attardaient au bar. 

      Les deux musiciens le plus simplement du monde ont accompagné Eliot un jeune garçon de 11 ans, et quatre ans de pratique de guitare,  trop heureux d’être épaulé par des guitaristes  si doués; une « jam » tardive et bon enfant dans tous les sens du terme. 

    Et puis est arrivée Zalie Bellacico pour les accompagner et improviser sur des thèmes du répertoire de Django Reinhardt, de délicates vocalises, à voix contenue pour ne pas réveiller son enfant de 2 mois dans  les bras. Une vrai pouponnière cette soirée de  Jazz’y Krampouezh, la relève est assurée. 

   Jam 22juillet2015 jazz y krampouezh 050   Jam 22juillet2015 jazz y krampouezh 1 050

                                                                                                                

 

 L’EXPOSITION « VIBRATIONS »

PEINTURES ET SCULPTURES

  « L‘instinct dans l’instant » :Patrick Lequeux .

 

Image 27 07 2015 at 10 27

  «  Le temps en suspens »  : Christophe le Baquer

                                                                                                  

Fullsizerender 8

        Pour chacun d’entre eux le temps est partie intégrante de l’élaboration de l’oeuvre . 

  Pour Patrick Lequeux y revenir est parfois indispensable, quand l’intuition le guide à nouveau vers l’oeuvre, une oeuvre non figurative pour exprimer sa vie intérieure. 

                                                                                                                        P3rxhkqx 1tkydedox8p cpoltycdnc1zvl9p7lojre ozxp3yppxflijyl7zycft3yrb6blyxdaheu2g3gyehi

 Christophe le Baquer voudrait parfois y revenir mais l’oeuvre a déjà commencé son parcours et ne lui appartient plus ; un univers onirique et mystérieux qui par petites touches renoue parfois avec le figuratif . 

                                                                                                                                 

Madpfn0hppzq7a29cvexq44ocnngfjulnqfivcsntcu pvr32rn59khe44ociqtlfckr f pxucey4pcgj2cyy

                                                                                                                                    

 

   La charpente métallique de la grande verrière de Rospico a permis de mettre en valeur les grands formats de Patrick Lequeux par un accrochage en hauteur sur fond de végétation. Nouvelle affectation pour une verrière où les plantes laissaient la vedette aux peintures le temps d’une exposition.

                                                                                                                            

Ez1a7vq6hqpv 7pikj66fhkidmhcwp0dvs3j7 t4sw8 2pb9s2rk3lobvka0dqqrcsjersq17iarjmcwvijgzwu                 Une  structure en bois de coffrage sortie d’un chantier a été le prétexte pour une installation assez inattendue et très réussie. Le bois brut de décoffrage, présentoir improvisé, et les sculptures de bois peints et gravés ont beaucoup intrigué. 

                                                                                                                                    E8u6u2llqqh3a0unjyi0ohxaipspmhbig lptljudje roymkze gphzsukou0nkv ytd9dwvkhpyz nen8sy1w

                  Transportée à la chapelle Sainte Barbe pour la prolongation de l’exposition,  elle est devenue une sorte de petit « autel profane éphémère» en paisible cohabitation avec l’autel XVIIIs de la chapelle. 

 

Cp

                                                                                                                         

                    Aux Jardins de Rospico comme à la chapelle Sainte Barbe un bel exemple de la manière dont l’art peut parfois féconder le lieu de son exposition. 

 

                                                                                                                        Chapelle st barbe nevez patrick lequeux 2

                                                                                             photo:Pauline Boule (Galerie en ligne)

 

 

Jpkak9jluqsdoer3amemv8qmis wvtsiyhk rylx9ei lpt35ut wj0kfwfbyhxeczubgfta5dyibkpsele8zvyUhgxu05yi t3brtvygwxyf2e8tnkpx3njz01n6nom9c xnavf xiwlcrk0bgndt 0utvmpwkglso 24d68ghp2eWgsptuhtret6enjuau5v3ch31nsywumkvhgi xyswrsWmwmbrhhwducbkxuppeclrhz4p6qcenn2wn kgsrziw b1xnaa3xai5sktkushmru8kbuviwewni1iwvaz2qfg86oyslwgkxuejuqptzhpdcbsyeuaao afbhazocunsry h5vkryg7tqbg5jgnlzqgp3m3jwtlchwfrhe5htwbga2fzmliqyetur18 jtpduch gvwsbtao1xv3orihedra vzcdjeuqd ki9ffg4qro3vfml4uwse1nv1qx8dxkco

 

 Photos : Delphine le Jouan .Concarneau

 

 

  

 

 

 

Lou TAVANO sextet

  Lou tavano jazz y krampouezh 2016  Lou tavano jazz y krampouezh 2015 3  Lou tavano jazz y krampouezh 2015 4

Hey Lou .      

     Inclassable Lou Tavano . 

    Comment une voix aussi forte peut elle émaner d’un corps aussi gracile ? 

Mystère .C’est une jeune femme qui arrive sur scène concentrée, le regard au delà de nous, déjà troublés par sa fantaisie, sa jeunesse son mystère . 

    La voix puissante s’élève pour dire à son père de re vivre ; « Quiet Enlightenment » est une chanson qui révèle une épreuve de sa vie d’adolescente, un dialogue miraculeux avec son père par le chant, pour l’aider à quitter son coma. Un cri : « Réveille toi », répété très doucement par ses musiciens, Maxime Berton (saxophone)  et Arno de Casanove (trompette).

   Tout le paradoxe de sa famille de scène, les hommes chantent très bas et elle très fort . 

   Elle les embauche  à nouveau pour le refrain de «  Bali Hues » : « Dream of a land » et puis c’est le grand jeu,  le public, les voix d’hommes, les voix de femmes, les deux ensemble, et finalement la grande chorale, public et musiciens ensemble. Un « Tous ensemble,  tous ensemble » très gai et qui rêve de : « Dream of a land » ,« Dream of a land » elle a réussi son coup tous ensemble oui.

   La voix douce se lance après dans un tendre «For You » composé par son talentueux compagnon Alexei Asantcheeff  au piano qui la laisse effondrée, en larmes. 

   La voix de Lou n’en finit pas de séduire, elle chante sur tous les registres et nous livre un jazz vocal très inventif. Un véritable petit bijou sa voix, elle la met à contribution pour tout dire, et tout faire, car le corps suit aussi, la danse, le jeu, mais surtout en anglais. On a envie de lui demander si elle, et Alexey Asantcheeff, sont fâchés avec le français.

        Hey Lou, ce ne serait peut être pas mal d’entendre sur un mode jazz ‘y :« J'ai fleuri d’un coup » comme tu aimes à le dire. 

        C’est pas le beau le français quand on dit  « J’ai fleuri tout d’un coup »  ?

        Hey Lou, don’t let it down.  

Concert Adrien MOIGNARD Trio

       « SANS TAMBOUR NI TROMPETTE ».

   Pas de section rythmique, c’est la tradition du jazz manouche, la guitare rythmique donne le tempo, et elle fait très bien l’affaire. Dans le jargon des musiciens on appelle cela 

«La Pompe », et pourtant les musiciens de l ‘Adrien Moignard Trio sont des as de la simplicité. 

Adrien moignard jazz y krampouezh 2015 3 050

      D’entrée de jeu le courant passe avec «I see you in my dreams», tout un programme.

Adrien Moignard (guitare solo) ,Mathieu Châtelain (guitare rythmique), Jérémie Arranger  (contrebasse) nous emmènent ensuite sur « La Montagne Sainte Geneviève », sur un thème de Django Reinhardt et on n’est pas pressés de redescendre.

     Adrien Moignard reprendra à plusieurs reprises des airs du grand Django remarquablement interprétés, technique hors pair d’un guitariste facétieux, glissant  au passage des amorces du Boléro de Ravel et de la Cucarracha,  provoquant bien sur l’hilarité de la salle. Mais il peut aussi la rendre très attentive, car il sait jouer de la corde sensible l’Adrien, sur la superbe ballade «I surrender dear», silence, on joue, on écoute. 

    Il y eut aussi « Something », interprétation énigmatique et très subtile de la chanson des Beatlles, et beaucoup d’autres moments de complicité entre eux et avec le public, surtout lorsque le chef de bande lance trois notes de «Joyeux anniversaire» pour son compère. Tout le monde reprend en choeur, tout est le monde est heureux, et Mathieu Châtelain 39 ans le premier. 

Adrien moignard jazz y krampouezh 2015 1 050

Une belle soirée de jazz, des musiciens de grand talent, formés aux côtés de Birili Lagrène, de Patrick Saussois qui en début de concert avaient choisi de gratter sur le thème de 

«Oh la belle vie»;  pour cette soirée aux Jardins de Rospico on avait envie de fredonner « Oh la belle nuit ». 

Adrien moignard jazz y krampouezh 2015 2 050

 

SOIREE « A NOUsGARO » : 21 JUILLET 2015

 EBLOUISSANT ANDRE CECARELLI

Dsc 2453 050

         Claude Nougaro aimait le jazz et l’a célébré en chanson  en nous disant : 

«Quand le jazz est là », et quand André Cecarelli  est à la batterie, il reconstitue à lui seul un orchestre pour le célébrer magnifiquement;

Dsc 2405 050

         André Cecarelli, à l’origine du projet A NOUsGARO  David Linx ( chant ), Pierre Alain Goualch ( piano ) et Diego Imbert ( contrebasse ) ont rendu un hommage original à  l’oeuvre de Claude Nougaro. David Linx livre une interprétation très personnelle des textes du chanteur, un phrasé  souvent soutenu par des onomatopées, et une présence gestuelle toujours en recherche de sens entre le mime et  la danse. Très présent, désireux de reconstituer l’historique du projet, le chanteur a longuement évoqué les échanges avec Hélène Nougaro dans le choix des chansons inédites, avant de lancer « A NOUsGARO ». « Cinéma » , « Une petite fille » , une version rondement menée d’« A bout de souffle » , et beaucoup d’autres connues ou moins connues dont « Les mots » les mots divins, chantés par le poète à redécouvrir absolument  

         Mais avant tout ce troisième concert de « Jazz’y Krampouezh 2015 aura été marqué par le jeu éblouissant d’André Cecarelli, pour la musique d’«Il était une fois des yeux » qu’il a lui même composée, comme pour toutes les autres, finesse du toucher, justesse, maitrise, un art accompli, l’aboutissement de longues années de quête de perfection .

  A le voir jouer on est frappé  par l’expression du musicien, un homme en fusion avec son instrument, le sentiment d’une vie habitée par la musique, lui même le dit « Quand je suis bien dans ma musique, je suis bien dans ma peau » .

   Et sans doute  aussi un sentiment partagé par le public, un moment de béatitude, comme le disait Claude Nougaro : «  Quand j’écoute béat un solo de batterie »….

Dsc 2286 050

Concert Rhoda SCOTT : 20 juillet 2015

Rhoda SCOTT Lady QUARTET

Lady Quartet 2

 

 « CHICHE » 

    « Chiche » de jouer toute la nuit à Névez ? Le sourire greffé aux lèvres, Rhoda SCOTT  s’adresse au public de Jazz‘y    Krampouezh conquis dès les premières interprétations de son « Lady  Quartet » .

 

Rhoda_SCOTT

 

       «Je ne suis jamais arrivée à Névez » dit elle, comme si le trajet vers l’ Ouest armoricain était le bout du monde.         Dans cette petite ville du Finistère le public l’attendait de pied ferme. Peu de temps  après l’ouverture des portes des « Jardins de Rospico » la salle affichait complet, inscrits sur la liste d’attente, les malheureux sans billets ont attendu patiemment 21H  pour grappiller les quelques sièges restés vides après les défections de dernière minute.

 

     Attentive à son public, attentive à ses partenaires, elle ne quitte pas du regard  Géraldine Laurent (saxophone alto ) et Sophie Alour ( saxophone ténor ) et s’amuse du jeu de Julie Saury à ses côtés à la batterie, elle les guette  soucieuse de l’harmonie de son «Lady Quartet » créé en 2004 .C’est elle qui a imaginé cette relation particulière de l’orgue et des souffles des saxophones. 

    Dsc 2769        Dsc 2800a 

 Dsc 2689

 

    Au programme un répertoire très varié  « Nova » une des compositions de Rhoda Scott, puis un thème de Wayne Shorter, une interprétation du fameux «  Bad » de Mickael Jackson, pas mauvaise du tout, un « Hymne à l’amour » servi par une longue introduction voluptueuse de Sophie Alour, une ballade apaisante « You have changed » et  aussi «  Moanin » standard rendu célèbre par les « Jazz Messengers », pour mettre toutes les générations d’accord.

      

    Les quatre belles, très sollicitées sont revenues en finale pour deux «bis» et satisfaire le public avec une création très rythmée de Sophie Alour « I want to move my body» message symbolique, oui, les mélomanes se sont « bougés » dans le bon sens du terme pour ce rendez vous très attendu.

                    Dsc 2818a  Dsc 2239a

   Rhoda Scott une légende du jazz, qui a fait honneur à son titre de marraine du festival, et porté chance à cette cinquième édition.

  Cette soirée consacrée au « Jazz au féminin » avec le « Girls talk jazz » en première partie, aura été le plus beau succès d’affluence depuis la création du festival.

 

 

 

 

 

Lire la suite

Aïda DIENE Quartet : 19 juillet 2015

 

Hommage à Abbey LINCOLN

 

     L’engagement d’Aïda DIENE. 

Aida diene jazz y krampouezh 2015 4

    Aïda Diene ouvre le festival de jazz de Névez sous le signe de l’engagement et de l’hommage à la grande chanteuse de jazz Abbey Lincoln.          

    Quelques notes de sa première chanson donne le ton de ce concert tout en douceur et en force. Voix forte, paroles fortes, pour porter un vibrant message d’amour à celle qui mit son art au service de son engagement politique, celui de la conquête des droits civiques dans l’Amérique des années 60.

    Aïda Diene explique pourquoi elle a aimé son répertoire : «parce que la liberté et le bonheur sont toujours à conquérir ». Dans l’interprétation des titres de ses ainés, Aïda Diene semble bien avoir trouvé la liberté et l’apaisement. Elle veut rappeler combien le « Strange fruit » de Billie Holiday ou le « Blackberry blossom » d’Abbey Lincoln ont été des temps forts des combats des noirs américains,  et combien Max Roach a eu raison de composer « We insist ».

Des œuvres de combat qu’Aida Diene interprète avec beaucoup de sobriété, même si la colère s’invite un court instant sur scène, lorsque qu’elle frappe vigoureusement l’estrade de son talon. Pas de fioritures dans cet hommage « Tribute to the jungle queen » , un jeu classique, de très beaux échanges entre Guillaume‑Alexandre Robert (contrebasse) et David Grebil (batterie) et des petites échappées solitaires et mélodiques d’ Edouard Leys au piano.

Aida diene jazz y krampouezh 2015    Ga robert jazz y krampouezh 2015 050    E leys jazz y krampouezh 2015  D grebil jazz y krampouezh 2015

           Dans son souci de faire passer le message de l’album testament d’Abbey Lincoln, Aïda Diene prend le temps de traduire lentement, « Gardons toujours les mains bien ouvertes pour recevoir le bonheur » mais le public, le temps d’une « standing ovation » a du les refermer très fort pour saluer la part de bonheur qu’Aïda Diene lui a livré pendant ce très émouvant hommage à celle qui l’a si bien inspirée.